Argumentation

Monsanto, l’entreprise de tous les scandales

Qui penserait que les graines, base de l’alimentation et de la vie, seraient un jour brevetées ? C’est un peu comme demander à quelqu’un de payer pour l’air qu’il respire ou pour les oiseaux qu’il entend : cela semble improbable, voire impossible. Pourtant une entreprise s’en est chargée : Monsanto ! Et elle ne s’est pas arrêtée là … Jusqu’où laisserons-nous une multinationale immorale, tentaculaire, avide, contrôler et détruire ce que nous avons de plus précieux ?

serveimage
Qui ne connaît pas Monsanto, cette grande entreprise américaine, numéro 1 dans tout ce qui concerne l’agro-industrie ? Créée en 1901 par John Francis Queeny, elle débute modestement en produisant de la saccharine (un remplaçant de sucre). Soixante-treize ans plus tard, elle sort le Roundup, un puissant herbicide qui fait le tour du monde. En 82, ce sont les premiers à faire des expériences sur les modifications génétiques et quelque temps après, ils sortent du soja qui résiste à leur herbicide. Bingo ! Ils ont trouvé la formule magique : vendre du Roundup, et une fois que tout est détruit, vendre les seules semences qui résistent à son action chimique. Ils ont continué à développer leur activité et à prendre du pouvoir sur toutes les cultures mondiales (Amérique, Chine, Inde … ). Leurs OGM se sont répandus et maintenant il est rare de trouver des légumes non modifiés. Monsanto c’est 90% des semences transgéniques mondiales et 21 000 employés dans 66 pays.

Actuellement, c’est l’écossais Hugh Grant qui a repris cette multinationale qui affiche fièrement un chiffre d’affaires de 13,5 milliards de dollars. Mais Monsanto a maintenant une réputation noircie par plusieurs scandales atroces : plusieurs usines de Monsanto ont explosé (une usine de plastique au Texas causant 500 morts, une autre de Nitro en Virginie, causant de graves maladies de peau à plus de 200 ouvriers, etc), et celles n’ayant pas explosé ont souvent contaminé tous leurs environs et les habitants avec (3 600 habitants de la ville d’Anniston, en Alabama, attaquent Monsanto pour une contamination aux PCB qui a détruit toute la faune et rendu malade tous les habitants). Il y a encore le Roundup qui se révèle être particulièrement cancérigène et qui a rendu toute une génération d’Agriculteurs malades. L’entreprise a été présentée en justice à cause de publicités mensongères qui présentaient leur produit comme biodégradable alors qu’il détruisait les sols. Ou même l’agent orange, versé en grande quantité sur tout le Vietnam, détruisant massivement la forêt et tuant des millions de locaux. La liste des méfaits de cette entreprise est longue, et surtout effrayante (pour plus d’information voir http://www.lemonde.fr/planete/article/2012/02/16/monsanto-un-demi-siecle-de-scandales-sanitaires_1643081_3244.html) Comment des gens ont-ils pu faire ça, et, pire encore, en connaissance de cause ? On peut prétexter qu’il faut bien quelques accidents résultant du progrès de la science avant d’arriver à alimenter toute la planète. Mais à quel prix ?

«Produire plus. Préserver plus. Améliorer la vie des agriculteurs. C’est cela l’agriculture durable, et c’est cela que fait Monsanto.» Voici ce que nous pouvons lire sur le site officiel de l’entreprise. «Préserver plus» ? En polluant tout ? Et surtout «Améliorer la vie des agriculteurs» ? Ce qui est flagrant surtout, c’est que l’entreprise détruit de plus en plus d’agriculteurs depuis quelques années, surtout s’ils sont petits et traditionnels.
Nous avons l’exemple de Vernon Hugh Bowman, 75 ans, petit agriculteur de l’Indiana qui doit payer 85 000 euros de dommages et intérêts à Monsanto, alors qu’il n’est, d’après le New Yorks Times, « même pas assez gros pour recevoir le nom d’agriculteur». Mais pourquoi ? Qu’a-t-il fait de si terrible ? Il a tout simplement réutilisé les graines de sa dernière plantation, sans acheter de nouvelles à Monsanto. En 15 ans, plus de 145 agriculteurs sont passés devant la justice pour avoir réutilisé leurs semis. Monsanto brevette un maximum de graines possibles, pour faire du profit sur chaque plante semée dans le monde. Par exemple, Monsanto convoitait une certaines espèce de tomates issues de sélection traditionnelle et naturellement résistantes à un champignon appelé Botrytis cinerea. Heureusement l’association No Patent on Seeds !(pas de brevets sur les semences) s’y est opposé, car la multinationale n’avait rien modifié au fruit de départ. Elle a même essayer de faire breveter les plantations des agriculteurs au canada, les empêchant de réutiliser leurs graines même si elles ne sont pas de Monsanto. Ils ont poussé le vice jusqu’à créer des plantes «Terminator», c’est à dire stériles. L’ONU a quand même demandé de les retirer du marché, car cela «[nuisait] à la biodiversité». Ainsi les agriculteurs sont obligés de se ruiner en graines et herbicides. En Amérique latine, énormément d’agriculteurs sont obligés de laisser leurs terres cultivées depuis plusieurs génération aux grandes firmes internationales. En Inde, les production de cotons se retrouvent perturbées à cause des OGM qui, paradoxalement, affaiblissent le coton. Maintenant les producteurs payent plus cher de graines que ce qu’ils gagnent avec leurs récoltes. Mais pourquoi n’achètent-ils pas d’autres graines ? Parce que malheureusement les graines OGM sont presque les seules sur le marché. De plus en plus d’agriculteurs sont enragés, désespérés. Il suffit de prendre les exemples des agriculteurs qui se suicident, chose devenue courante en Inde. De plus le cycle naturel en est perturbé. Nous n’utilisons plus naturellement les graines produites qui sont gâchées, et on en produit en laboratoire ce qui pollue et coûte énormément plus. Ils ont une drôle de façon d’«améliorer la vie des agriculteurs» !
Mais comment l’entreprise justifie-t-elle toute cette inhumanité ? D’ailleurs si on fait un tour sur leur site, ils arrivent presque à nous persuader que c’est pour le bien-être de tous et qu’ils aident au progrès et au développement durable. D’après ce dernier, «une entreprise doit être payée pour les produits qu’elle met au point». Elle annonce une grande augmentation du rendement grâce à leurs recherches et investissement, et affirme que pour continuer à investir, il leur faut de l’argent. Mais les chiffres nous prouvent que ce n’est pas totalement vrai : en Amérique, 80% du maïs est OGM, et ils ont eu une augmentation du rendement de 31% tandis que en France l’OGM est interdit et nous avons une augmentation de 30% …
Ils expliquent aussi que les brevets déposés ne durent qu’entre 10 et 20 ans. Celui du soja est expiré. Nous pouvons nous dire qu’il suffit d’attendre quelques années, ainsi Monsanto n’aura plus de pouvoir ? Et bien, ce n’est pas si simple … Pour exporter, il faut l’accord de l’USDA (United States Department of Agriculture) dont Monsanto détient les rênes. Et 60% du soja est exporté … Pourquoi l’entreprise exporterait-t-elle autre chose que son propre maïs ? D’ailleurs Monsanto a créer une nouvelle sorte de soja légèrement modifiée, appelée RR2, ce qui renouvellera les contrats pour quelques années de plus. Morale de l’histoire ? Ils nous tiennent ! Sans compter toutes les entreprises que Monsanto a rachetées, comme par exemple SEMINIS, ancien leader des semences potagères.

Heureusement les méfaits de Monsanto sont largement dénoncés, et de toutes part des initiatives naissent contre cette multinationale, comme par exemple des sites web (http://combat-monsanto.org/) ou des associations. Mais c’est essentiellement le documentaire Le monde selon Monsanto (https://www.youtube.com/watch?v=cVngG592xKU) de Marie-Monique Robin, qui a fait connaître au grand public tous les scandales. Des gens, partout et de toute part se lèvent pour empêcher la fin de l’éthique au profit des bénéfices. Certains essayent de boycotter (http://www.bioalaune.com/fr/actualite-bio/10502/monsanto-produits-boycotter), mais la quantité d’aliments à éviter est immense, preuve de leur pouvoir déjà titanesque. Ferez-vous parti de ces gens qui luttent pour empêcher UNE seule entreprise de devenir la «mère nourricière» de toute la planète ?

Une réponse à “Monsanto, l’entreprise de tous les scandales”

  1. Le 3 novembre 2015 à 13 h 38 min Naïg a répondu avec... #

    Bravo, Pupille Noire,
    joli tableau de ce scandale Monsanto!
    L’information est essentielle si l’on veut résister.
    Merci.

Ajouter votre réponse

Maneici |
Horreurblog |
Radiocamus2015 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les petites perles de Zim
| Easycookeasy
| Nos50ans